• BZK

Retaper sa première moto

Dernière mise à jour : 23 nov. 2020

Rétrospective d'un premier pas dans l'univers de la moto.


Après 25 années d'incompréhension la plus totale, mon père et moi en sommes arrivés à la conclusion suivante : il nous fallait un projet en commun pour recréer le lien.


Mon père a toujours été passionné de moto et jusqu'à maintenant j'avais toujours évité le sujet parce que c'était le sien, pas malin.


En 2017, entre la poire et le dessert j'apprends qu'il a acheté une Suzuki 125 TS de 78 sans l'avoir vue.


En bon parisien, je lisais Moto Heroes en rêvant de bandes thermo, de selle plate et de photos de magazines.


" Et pourquoi on ne la bricolerait pas ensemble cette bécane ? "


Nous étions en septembre et je me voyais déjà partir en juillet, sac à dos à l'arrière, en vacances dans le sud. Le projet était lancé.


Cet article présente comment j'ai débuté, les leçons que j'ai tirées de ce premier projet et certaines bonnes questions à se poser d'après moi. Merci d'avance à ceux qui partageront leurs conseils en commentaire !





Suzuki 125 TS 1978



#La TS au départ


A l'origine, elle ressemble à ça. Moteur 2 temps 125 cm3 pour environ 100 Kg. Deux freins à tambours inexistants et un look à l'ancienne plutôt pas mal. Mention spéciale pour le feu arrière assez discret.


Mais nous, on l'a eue comme ça (rajoutez la selle, les caches latéraux et le garde boue arrière). Notez bien la peinture du réservoir bien propre qui contraste avec le reste de la moto, c'est un détail important.



#La TS dans mes rêves


Perfusé aux articles de Moto Heroes et aux réalisations de Diamond Design, je la voyais déjà comme ça.



Dans ma tête de consultant à deux mains droites (je suis gaucher) tout était très simple et très clair :


- Démontage complet

- Tronçonnage réglementaire du cadre comme sur les tutos

- Selle sur mesure, bien plate et bien petite

- Peinture du cadre, des roues et de toutes les autres pièces de la moto

- Remontage, démarrage, Instagram


En réalité ça ne s'est pas tout à fait passé comme ça et voilà pourquoi.


#La réalité du projet


Nous avons tous regardé les créations de Deus Ex Machina, Blitz, les Wrenchmonkees, et j'en passe. C'est beau, c'est clean mais ça n'est pas à notre niveau. Il faut s'en inspirer bien sûr mais il faut aussi savoir rester réaliste pour ne pas être frustré.



Allez voir la chaîne de Chris Chappell, je ne suis pas fan des réalisations mais on ne peut qu'admirer le savoir-faire. Moins ambitieux mais tout aussi cool, les vidéos de BMCO.


Ce qu'il faut garder en tête lorsque l'on regarde ces vidéos :

- Il sait scier/meuler/disquer droit

- Il a beaucoup de pièces en stock ou les contacts pour les trouver

- Il a tous les outils et sait s'en servir

- Il fait ça depuis des années et a réfléchi à tout hors vidéo


Avant de se lancer, je pense qu'il faut prendre en compte plusieurs choses :


- La mécanique c'est de la théorie mais surtout de la pratique

- Ça nécessite de l'intelligence pratique, un sens manuel mais aussi des outils et un atelier

- Remettre en état une moto demande du temps et de l'argent

- La remettre nickel demandera beaucoup plus de temps et/ou beaucoup plus d'argent

- Bien faire la différence entre remise en route / restauration / customisation / préparation et être réaliste compte tenu de tous les points précédents





Comment débuter ?



#Connaissances mécaniques


- Comprendre les principes de base de la mécanique (lien)

- Apprendre les bases de l'entretien moto (lien)

- Faire des stages d'initiation ou de perfectionnement (lien 1 et lien 2)

- Trouver quelqu'un qui veut bien vous apprendre


Dans tous les cas, trouver le forum consacré à la moto en question et acheter sa revue technique sont vos deux priorités.



Tom Dun, créateur de 56 motorcycles, qui m'a donné mes toutes premières bases en échange d'un gros coup de balai dans son atelier. Merci Tom !


#Outillage et atelier


Faire un minimum de mécanique soi-même dans Paris 2e relève du parcours du combattant. Si comme moi vous n'avez pas d'atelier, cherchez les garages collaboratifs comme Kargo Kulte à Lyon ou La Forge à Paris par exemple. Vous pourrez même laisser les motos sur place pour certains.


Place du Caire, attention à la fourrière

#Le temps et l'argent


Il ne faut pas être pressé ou alors avoir un budget plus important. Le risque lorsque l'on débute est d'acheter des pièces trop chères, voire inutiles. Il faut donc s'armer de patience sur leboncoin, wemoto, yamahaclassic, oldsuzuki et autres spécialistes qui vous fourniront la pièce introuvable chez votre concessionnaire. Prévoyez un temps " recherche et attente de pièces " dans votre retro-planning.


" Je crois que j'ai le raccord que vous cherchez mais je ne sais plus où, rappelez moi la semaine pro"


" Dès que je reçois votre chèque je vous envoie la pièce" ...


Vous ne trouverez pas vos pièces sur Amazon, préparez vous.



L'un des fourreaux de fourche de la TS était abîmé et s'est fissuré au démontage, pour le remplacement des joints. La pièce coûte entre 60 et 160€ sur internet, si vous la trouvez. Par chance, une fourche complète d'occasion était en vente à 50€ sur leboncoin.


#Rester réaliste


Lorsque l'on débute et que l'on récupère une vieille bécane des années 80, le mieux est déjà de chercher à la remettre propre et en état de rouler. Une fois ce premier objectif ambitieux atteint, vous pourrez penser à customiser et ensuite préparer. Entamer un nettoyage, remise en marche, tronçonnage de cadre, selle sur mesure en même temps est le meilleur moyen pour tout laisser tomber, découragé, en cours de route.


J'ai bien fait de faire un master en management

#Les mauvaises surprises


Vous vous souvenez de la peinture rouge impeccable du réservoir ? Et bien je l'ai décapé pour obtenir un rendu aluminium brossé et le vernir ensuite. Mais voilà ce qu'il y avait sous la peinture :


La réparation d'un pock. Impossible de laisser le réservoir comme ça, il fallait donc le repeindre. 5 heures de travail pour rien, deux semaines de délai et 300€ à dépenser.


Note pour l'avenir : une moto vieille de 30 ans avec une peinture de réservoir nickel et pas d'origine a surement été accidentée. Après vérification, le guidon et le retro n'étaient pas non plus d'origine ...


Une autre mauvaise surprise en démontant le piston car la moto ne démarrait plus. L'un des circlips retenant l'axe du piston a quitté son logement. Il a endommagé le cylindre et le piston.



Un kit piston neuf coûte aux alentours de 90€, un cylindre neuf est très rare et vaut plusieurs centaines d'euros. Coup de chance encore une fois, un spécialiste en avait un d'occasion en bon état pour moins de 100€.





La TS à l'arrivée



Le projet a débuté en septembre, il a avancé lentement car la moto était dans l'atelier d'un ami de mon père à côté de Lyon. Ils se sont occupés du gros du travail, sans eux rien n'aurait été possible.


La TS dans l'atelier de Philippe

A la fin du mois de Juillet, pour la première fois, elle redémarre.


#Combien ça coûte ?


Voici la liste non exhaustive des frais.


- Suzuki 125 TS complète et roulante : 300€ (improbable affaire)


Esthétique :

- Peinture du réservoir, des caches latéraux et des gardes-boue : 300€

- Selle sur mesure + découpe de la boucle : 150€

- Gardes-boue avant et arrière en résine : 80€

- Pot d'échappement :

- Clignotant :


Remise en état :

- Filtre à air :

- Kit chaîne :

- Ampoule 6 volts :

- Pneus avant et arrière montés :


Panne depuis le premier redémarrage :

- Kit piston neuf : 90€

- Cylindre d'occasion : 100€

- Kit joint moteur : 30€


# Les enseignements


Le projet était ambitieux : peu de temps à y consacrer, totale dépendance de Philippe et de mon père, timing serré car la moto devait rouler début août pour un voyage dans le sud.


Bref je profite de cet article pour les remercier tous les deux encore une fois car c'est grâce à eux que j'ai pu partir en vacances à moto !




Si c'était à refaire, je laisserais la moto avec son look d'origine et retirant simplement le feu arrière et le porte-bagages. Je me concentrerais d'abord sur la remise en marche : grosse révision, nettoyage du carburateur, changement du kit chaîne et des pneus, vidange de la fourche, etc.



L'important c'est surtout de pouvoir rouler !


D'après moi, les questions à se poser avant d'entamer un projet pour définir un objectif réaliste :


- Quelles sont vos compétences ? Quelqu'un peut-il vous aider sur le long terme ?

- Avez-vous accès à un atelier des outils ? Savez-vous les utiliser ?

- Quel est votre budget et votre timing pour votre projet ? Prévoyez large pour les deux.


Vous avez 10 ans de méca dans les pattes, un atelier dans votre garage et 10K€ de budget ? Go pour un café racer sur une base d'ancienne.


Vous avez deux mains droites, 4 tournevis ikéa et vivez dans un 20 m² en plein centre ville ? Go pour une petite remise en état d'ancienne sans toucher au bas moteur.


Une dernière chose :

Ne pas démonter quand ça fonctionne

Ne pas toucher au faisceau électrique

N'hésitez pas à partager tous les tutos et les livres que vous consultez. Les sites de pièces sont également les bienvenus, merci !

194 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

Bagagerie