• BZK

Bagagerie

Mis à jour : 23 nov. 2020


- Partir 4 mois en voyage

- Emmener de quoi s'habiller, se laver, dormir, communiquer, réparer

- Packer toute sa vie sur la moto

- Prévoir d'embarquer un passager à l'occasion, et ses bagages


La bagagerie est un aspect essentiel du voyage à moto. Il est important de bien définir ce dont vous avez besoin en terme de capacité mais aussi de système de fixation, de modularité et de résistance.


Dans cet article je vous présente comment j'ai choisi d'équiper la moto pour le voyage jusqu'au lac Baïkal. Vous retrouverez également tous les liens qui m'ont permis de faire mon choix et les photos du matériel installé sur la moto.


Update de l'article : retrouvez mon retour d'expérience avec le matériel présenté dans cet article après 14 000 kilomètres dans cet article.





Le duffle bag



Avant d'acheter l'Himalayan, je roulais en Ténéré 1V86 et suis parti en vacances un été à deux avec un gros dry bag SW Motech de 60 litres.



Le duffle bag est simplissime : un sac étanche de 60 litres et 4 sangles, terminé. Pour commencer c'est idéal car il est peu coûteux (80€), étanche, avec une grosse capacité d'emport et léger. Il s'attache sur un porte bagage et ne nécessite pas de support spécifique.


En revanche, l'absence de rangements en interne vous oblige à tout stocker dans des sacs sans quoi vous allez rapidement vous énerver en cherchant votre brosse à dent dans 60 litres d'affaires. Lorsqu'il est peu rempli, le sac est compliqué à fixer correctement et généralement il faut retirer les sangles pour prendre quelque chose à l'intérieur. Très léger, il n'a pas de structure interne qui le tienne en forme si bien qu'il tombe de chaque côté de la selle, attention aux pots hauts. Enfin, une fois chargé, vous avez tout le poids de votre sac placé à l'arrière et tout en haut de la moto.


A mon sens, le duffle bag devrait être limité à 30 ou 40 litres, quand on roule solo, posé le long de la selle dans l'axe de la moto. Pour le projet Paris - Irkoutsk il fallait trouver une autre solution.



Le cahier des charges



La première fois que j'ai pris en main l'Himalayan, je l'ai trouvée vraiment plus légère que la Yam'. En réalité, la Ténéré pèse 15 Kg de moins à vide que la Royal Enfield. L'explication est simple : le réservoir de la Yamaha fait 23 litres, contre 15 pour l'Himalayan, et il est placé beaucoup plus haut. Idem pour la selle, je pose les pieds bien à plat sur la RE mais suis sur la pointe avec la Yam. Bref, une chose à retenir : la répartition du poids est primordiale.


Je pars dans l'idée de "charger " avec des sacoches latérales tout ce qui est lourd et pas fragile pour placer le poids le plus bas possible. Le duffle bag, bien pratique pour les objets volumineux et légers, viendra compléter la bagagerie arrière. Une sacoche de réservoir me permettra de stocker tous les objets de valeur, à garder en permanence avec moi.


La préparation de ce voyage est aussi l'occasion d'investir dans du matériel que je garderai. Il faut donc que la configuration soit modulable. La sacoche de réservoir sera toujours utile pour les trajets en ville, je compléterai avec le duffle bag pour les week-end à deux ou une semaine solo. Les sacoches latérales peuvent être utilisées en complément ou en remplacement du duffle bag.


#Souple ou rigide ?

Le débat a déjà été traité en long en large et en travers. Je pars sur une bagagerie souple avec en complément des sangles steelcore pour sécuriser le contenu comme dans une valise rigide. Certes ça n'est pas inviolable mais un top case non plus. En revanche un top case ça casse, pas la bagagerie souple de qualité.


#Le tank bag


Passeport, téléphone, porte-feuille, papiers : tous les objets de valeur à toujours garder sur soi sont dedans. Lorsque je m'arrête et laisse la moto, la bagagerie arrière reste mais le tank bag vient avec moi. Il faut donc qu'il soit facile à installer/retirer, bien organisé à l'intérieur, transformable en sac à dos et si possible avec un camel pack pour pouvoir boire sans avoir à s’arrêter et se retourner. Bien évidement il faut qu'il soit étanche.


#Le duffle bag


Pour tirer les leçons de ma première expérience avec un duffle, je cherche un format 30 ou 40 litres maximum, facile à sangler, qui tient bien (qui ne plie pas), simple d'accès (pas de retrait de sangle pour accéder au contenu), avec une sangle de transport pour décharger rapidement la moto si je dois également transporter les valises latérales. Étanche encore une fois.


#Les sacoches latérales


Elles doivent être rapides à installer et à retirer. L'idée est d'éviter les systèmes à sangles car avec deux sacoches et un duffle, ça fera beaucoup. Après une visite chez Ixtem Moto, suivant les conseils de Jean Baptiste, je décide de partir sur un format 30 ou 35 litres. Étanche encore une fois. Merci JB ! Vous pouvez lire l'article sur les affaires de camping pour vous rendre compte de la capacité d'emport que cela représente.




Le choix de la marque



Deux marques ont retenu mon attention, Kriega et Mosko Moto. Il y en a énormément sur le marché mais à force de les retrouver dans les discussions sur Horizon Unlimited ou ADV riders, j'ai fini par me focaliser dessus.


J'ai commencé par choisir les sacoches latérales comme ce sont les éléments les plus chers de la bagagerie. L'idée est d'adapter le choix du duffle et le tank bag en fonction.


#Sacoches latérales


On trouve beaucoup de reviews et de retour d'expériences sur le système Kriega OS et les side panniers Mosko. Les deux répondent à mon cahier des charges et le prix du kit complet est comparable : 720€ pour les deux valises latérales et leur platine de fixation. En revanche, Mosko se démarque sur un point capital, l'installation et le retrait hyper rapide, sans sangle, des sacoches (voir vidéo Kriega OS puis vidéo Mosko moto side panniers).





Les panniers Mosko ont une foule de détails pratiques en plus comme le beavertaill externe, le sac interne séparable, les scratchs pour fixer les sangles, les poches latérales et les passants molle.


J'ai eu un gros coup de coeur pour les produits Mosko. L'argument qui a fini de me convaincre, c'est Roel du service client Mosko qui a été extrêmement disponible pour répondre à mes questions et me mettre en contact avec d'autres motards. Merci Roel !


Petite particularité de la marque, elle distribue ses produits exclusivement en direct. Il n'y a aucuns revendeurs, donc potentiellement pas de marges d'intermédiaires. C'est peut-être ce qui leur permet d'ajouter tous ces détails en restant au même prix que Kriega ?


#Duffle bag : à ce stade, je n'ai pas touché un produit Mosko mais je suis déjà fan de la marque. Hors de question de choisir autre chose d'autant que leur duffle bag 40 litres a l'air vraiment top. Autant j'ai essayé d'être rationnel dans le choix des accessoires, des pièces, de la moto, autant là je ne le suis plus : merci le marketing !



Il fait sac à dos, contenu accessible des deux côtés même attaché, système double sac, scratch pour les sangles, passants molle et beavertail. Bref, je vous laisse regarder la vidéo qui évitera un gros parpaing descriptif des nombreux détails du sac. A ce stade il est bon de rappeler que ce n'est pas le matériel qui fait le pilote mais je voulais me faire plaisir !


Sur l'Himalayan, le sac tient parfaitement perpendiculaire à la moto, fixé au niveau de la selle passager (pourtant elle est étroite). Les sangles avant passent dans le support de cale-pied passager et à l'arrière dans le rack pour les sacoches. Le dessous du sac est assez rigide si bien que même s'il dépasse de chaque côté de la selle, il ne s'affaisse pas.



Il est également possible de sangler le sac dans l'axe de la moto de manière à ce que le dos du pilote soit calé contre l'avant du sac. C'est très agréable à la fin de journée. Il faut adapter le positionnement des sangles sur le cadre, le sac bouge un peu plus qu'en travers de la selle mais c'est sans problèmes.



Leur duffle bag coûte 270€, c'est un vrai investissement. Le drybag 350 SW Motech est une alternative ultra simple, coloris identiques et beaucoup plus accessible à 80€. Pas sûr qu'il tienne aussi bien sur la selle passager. La fixation du duffle Mosko passe dans le sac alors que le drybag est clipsé sur les côtés. Sur la Ténéré j'avais dû rajouter une sangle au milieu.


#Tank bag : un investissement encore une fois mais le Nomad correspondait bien à ce que je cherchais, surtout avec le camel pack et les différents "étages". Il a un défaut c'est qu'il n'est pas waterproof, il faut penser à mettre la capote de protection avant de prendre la route contrairement aux modèles Enduristan par exemple. En revanche il est pensé comme un sac à dos, donc très confort en ballade, et ne ressemble pas à une bosse de chameau quand vous l'avez sur le dos. Présentation détaillée ici.

L'installation est très simple, il faut placer une sangle avec deux clips autour du cadre, entre le réservoir et la colonne de direction, puis un clip de chaque côté du cadre. Le sac est fixé sur 4 points d'attache, rien ne bouge en roulant et il se démonte ensuite très facilement. Encore une fois une vidéo vaut mieux qu'un long parpaing pour expliquer le montage.




Installation des racks

#Rack latéraux


Plusieurs options sont possibles, notamment les SW Motech, la version Royal Enfield ou encore les GIVI.


A priori les SW Motech ne sont pas compatibles avec les platines des sides panniers Mosko Moto vu leur forme. Hors de question de mettre plus de 120€ dans trois morceaux de tubes chez GIVI sans savoir si ils sont compatibles. Pour 80€, les Royal Enfield ne sont pour sûr par en inox mais bien compatibles d'après Riding for Happiness. Grazie Carlo !


Le montage des racks RE est en théorie simple, il faut d'emblée prévoir de remplacer les rondelles fournies car elles se fissurent quand vous les serrez. Le rack gauche était mal ajusté, le troisième point de fixation ne tombait pas en face du pas de vis sur le cadre (photo ci-dessous). Mon oncle l'a fait à la pince étau. Auparavant j'avais essayé dans l'étau en faisant levier, compliqué. Vous aurez besoin d'une clé allen et d'une clé à pipe qui ne sont pas dans la trousse à outils RE.



L'installation des platines Mosko est également très simple, la clé allen nécessaire est fournie. A noter, il n'est pas possible de placer la platine partout car il faut avoir la place pour passer les fixations bleues et les pattes de fixation des racks sur le cadre vont parfois gêner.


Photo 1 : meuler les angles des fixations bleues

Photo 2 : placer les de part et d'autres du coude indiqué en rouge sur la photo

Photo 3 et 4 : la platine est fixée au plus près du centre de gravité




#Porte bagages


Je compte utiliser le porte bagages uniquement lorsque j'aurai un passager, pour y charger le duffle bag. Assez étroit, il est apparemment assez fragile et doit être renforcé. Mon oncle, chaudronnier, qui a déjà refait ma béquille latérale, a cintré et soudé plusieurs tubes en inox pour fabriquer un deuxième porte bagage qui renforcerait et rallongerait le premier.


Voici la pièce démontée :



Et la voici montée, elle se fixe au porte bagages avec une vis et un écrou/contre écrou puis au X entre les deux racks latéraux.





Et pourquoi pas un rackless ?



C'est le système parfait, plus léger et beaucoup plus économique que les sacoches latérales, il se sangle et ne se fixe pas sur un rack. Le seul problème c'est que la plupart des systèmes reckless ("sans rack" en français) se positionnent en travers de la place passager. J'ai trouvé très peu d'information sur d'éventuels systèmes compatibles avec l'Himalayan et un passager compte tenu de la forme de la selle. N'hésitez pas à partager en commentaire si vous en avez merci !


Il existe le système simple, deux sacoches reliées entre elles que vous placez sur vote siège passager et sanglez ensuite au cadre de la moto. Le Moonsoon chez Enduristan (marque française) qui vous permet de transporter 60 litres, au sec, pour 300€. Plus je regarde cette photo plus je me dis que si le passager s'assoit entre les deux sangles, ça devrait passer non ?



Le must à mon sens sont les systèmes composés d'une base souple, qui se sangle sur le cadre, sur laquelle on vient fixer des poches/sacoches. Lorsque vous voulez décharger il suffit alors de retirer les poches/sacoches sans toucher aux sangles de la base. Le prix est généralement plus élevé. Ici l'exemple du système Kriega OS combo 36 qui embarque 30 litres au sec pour 350€.



Enfin, le système qui cumule sacoche et duffle bag : le Mosko Moto reckless qui embarque 80 litres au sec, sans rack, pour 600€ avec une multitude de poches et de détails pratiques que l'on ne trouve pas chez les autres marques sauf erreur de ma part. Voici une vidéo de Mosko Moto présentant son reckless system.



N'hésitez pas à laisser vos commentaires ou poser vos questions ci-dessous !


Marc








512 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

BZK TRAILS

 

Association loi 1901 : Motos, mécanique et voyages

A l'origine, BZK Trails est un site grâce auquel je partage ma découverte de la mécanique et les voyages à moto. Retaper sa première moto, apprendre les bases, les questions à se poser, les erreurs à éviter : partage de quelqu'un qui essuie les plâtres en ce moment même.

Depuis Octobre 2020, BZK Trails est également une association loi 1901. Nous organisons un voyage en side-car, avec mon cousin François qui est en fauteuil roulant, de Saint-Nazaire à Vladivostok. 

Notre objectif ? Partir à l'aventure et faire évoluer les mentalités à propos du handicap.
Suivez l'aventure sur nos réseaux sociaux.

 

  • Instagram
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn - Black Circle